Tester la vitesse d’une page web comme un expert

Si vous lisez ce blog, vous le savez très certainement, la rapidité de votre site web impacte l’expérience utilisateur au plus haut point et est donc un paramètre déterminant pour son succès !

Temps de réponse du serveur, speed index et start render, ou encore temps de chargement complet, quelque soit l’indicateur de vitesse que vous souhaitez collecter, votre méthode de mesure doit prendre en compte plusieurs paramètres essentiels pour vous offrir un référentiel fiable à travers le temps.

Devenez un expert de la performance web en découvrant dans cet article tous les points de vigilance à avoir lors de vos tests. 

Utiliser un navigateur web “grand public”

Le premier point à soulever, c’est qu’il est aujourd’hui incontournable d’utiliser un navigateur web grand public pour mesurer la vitesse d’une page web ! Le temps où l’on pouvait se contenter de mesurer la performance d’un site en testant uniquement le temps de réponse du serveur est depuis longtemps révolu.

Chaque navigateur web (Chrome, Firefox, Safari, etc) dispose de particularités, mais peu importe celui que vous utilisez : votre but est de disposer d’un environnement de référence, pas de réaliser des tests de compatibilité ni de savoir quel navigateur est le plus performant.

Cependant, si votre site pratique la technique de l’UA Sniffing pour adapter les contenus, c’est à dire de détecter le navigateur pour s’adapter, des variations importantes peuvent exister. Notamment lorsque l’UA Sniffing est utilisé pour rediriger les périphériques mobiles vers une version dédiée ! N’oubliez donc pas de tester ces différentes versions !

Le plus de Dareboost :
Une fois inscrit sur Dareboost.com, vous pouvez tester votre page avec Chrome ou Firefox, et tous nos clients ont la possibilité de personnaliser le User Agent utilisé pour les tests  !

audit de performance avancé

Latence et localisation de la sonde de test

La latence est un délai auquel on fait face sur les télécommunications, en lien avec le délai nécessaire au transport de l’information d’un point A vers un point B. Bien que très rapide, ce n’est pas instantané, et lorsque vos visiteurs sont répartis à travers le monde, leur distance par rapport à votre serveur est importante, et donc la latence à laquelle ils font face également (même si vous pouvez minimiser les impacts avec un CDN).

Mais la latence n’est pas uniquement liée à la distance, elle l’est également au type de communication. Par exemple, sur une connexion 3G, elle est bien plus élevée que sur une connexion ADSL.

Or la latence a généralement un impact énorme sur la vitesse de chargement des sites web, car elle se répercute sur l’ensemble des requếtes. C’est justement ce que vise à améliorer HTTP 2 qui fait peu à peu son apparition.

Si vous souhaitez mesurer la vitesse de chargement d’une page web, il est impératif de maîtriser la latence sur laquelle vous allez reposer. Certains outils par exemple changent aléatoirement la localisation de la sonde de test, il est alors inévitable d’observer des résultats également aléatoires. Autre problème avec de très nombreux outils qui ne se préoccupent pas de la latence, mais se contente d’une limitation de la bande passante. Or, les sondes de test sont majoritairement situées dans des datacenters, dans des conditions de connectivité optimale, et donc avec des latences qui ne reflètent pas la réalité.

Testez les performances de votre site depuis une ou plusieurs localisations, au plus proche de vos visiteurs, et soyez vigilants sur les effets de la latence lors de vos tests. En effet, le réseau Internet est soumis à de nombreux aléas et la latence peut parfois s’envoler !

Le plus de Dareboost :
Avec notre outil, 6 localisations de test sont disponibles (Paris, Francfort, Washington DC, Sydney, Tokyo et Hong Kong) et tous nos clients ont la possibilité de configurer une latence personnalisée. Par défaut, la latence dépend du type de connectivité sélectionné, et une latence minimale pertinente est ainsi garantie pour assurer la stabilité des résultats.

Débit utilisé lors du test de performance

Ce point est sans doute le plus connu du grand public : que ce soit pour télécharger un fichier ou naviguer sur le web, le débit de données de la connexion est essentiel. Une navigation classique fait essentiellement intervenir le débit descendant.
Plus une page web est  volumineuse, plus le débit affectera les résultat d’un test de performance.

N’oublions pas qu’il existe une très forte disparité sur ce sujet. D’après les données Akamai (3ème trimestre 2015), le débit moyen français est de 8,2 Mbps, mais encore 26% de nos compatriotes disposent d’une connexion inférieure à 4Mbps.  En Suède, le meilleur élève européen, la moyenne est plus de 2 fois supérieure (17.4Mbps).

Enfin, se pose la question des connexions mobiles, avec des débits souvent très décevants en zone rurale, et toujours victime de la politique du fair-use des opérateurs qui brident au delà d’une certaine consommation.

En bref, je ne peux que vous conseiller de tester vos pages web avec les connexions représentatives de votre public, a minima pour vous créer un référentiel mobile et un référentiel desktop différent !

Le plus de Dareboost :
Dareboost vous propose automatiquement un débit et une latence adaptée lorsque vous choisissez de faire un test mobile ou desktop. Plusieurs configurations préenregistrées sont disponibles, et il vous est possible à tout moment de saisir une valeur personnalisée !

Résolution d’écran, A/B Testing et autres particularités

Pour cette dernière partie, quelques aspects moins connus à  prendre en compte pour s’assurer de la fiabilité de vos mesures !

Dans certains cas, les dimensions de l’écran utilisé par l’outil de test de performance peuvent avoir leur importance. Si votre site est Responsive, il se peut que d’une résolution à une autre, des éléments ne soient pas chargés. De même, la technique de lazy-loading des images (consistant à n’afficher que les images visibles à l’écran) est fortement liée à la résolution, et peut donc entraîner des variations majeures.

Les amateurs d’A/B testing devront être particulièrement vigilants : attention d’une part à bien vérifier les impacts de vos différentes variations en termes de performance. Et attention surtout à adopter un point de référence fixe (ex : la version A) pour ne pas vous retrouver en train d’alterner systématiquement entre différentes versions de vos tests. La plupart des solutions d’A/B Testing vous permettront de forcer la version à tester en utilisant un paramêtre d’URL ou bien un cookie.  

Si votre page intègre des comportements asynchrones, vous pouvez parfois observer des différences selon les outils utilisés, tous n’arrêtent pas nécessairement leur analyse sur les mêmes critères. Si vous soupçonnez faire face à un tel cas, n’hésitez pas à vous baser sur le nombre de requêtes ou le poids de la page pour identifier d’éventuels éléments manquants !

Enfin, si les résultats d’un test vous surprennent, n’hésitez pas à vérifier la capture d’écran, la video du chargement de la page ou encore la waterfall.

 

Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur dareboost.com pour mettre tout cela en pratique ! N’oubliez pas que nos options avancées sont accessibles dès 11€/mois sans engagement.