Google Speed Update : la vitesse comme critère de ranking pour les sites mobiles

Google vient d’annoncer qu’à partir de juillet 2018, la vitesse de chargement figurera dans les signaux de ranking pour la recherche mobile. En tant que service dédié à la surveillance et l’optimisation de la vitesse des sites web, nous sommes évidemment très intéressés par la manière dont Google prend en compte cette vitesse lors du crawl, l’indexation et le classement des pages web dans ses résultats de recherche. Après les expériences Red Slow Label et Slow to Load conduites en 2015, et avec le déploiement du Mobile First Index, cette dernière initiative de Google n’est pas une surprise. Avant d’examiner en détail l’annonce de cette Speed Update, revenons brièvement sur les épisodes précédents.

Google et la performance, une longue histoire d’amour

La vitesse a toujours été une valeur fondamentale pour le moteur de recherche. Et pour l’entreprise dans son ensemble. Le Google Gospel of Speed, publié sur Think with Google en est l’une des preuves les plus flagrantes.

Google et la performance web : traiter exhaustivement du sujet s’avère quasiment impossible tant il y aurait de choses à dire. Néanmoins, voici une sélection d’informations et de faits qui vous sera très utile pour pleinement appréhender les enjeux de cette Speed Update :

Speed Update : ce que l’on sait et ce que l’on peut supposer

Notre seule certitude à la lecture de l’annonce de Speed Update : elle aura lieu en Juillet 2018 et la vitesse va devenir un signal pour le classement des résultats de recherches mobiles. On nous précise par ailleurs que peu de sites et de requêtes de recherches seront concernés. Ce n’est pas sans rappeler la pénalisation des sites trop lents sur desktop en 2010 (moins de 1% des sites web étaient concernés).

Cependant, on se doit de noter que nous sommes ici prévenus 6 mois en amont de la mise à jour ! Speed Update n’est certainement pas de l’ampleur du Mobilegeddon qui avait fait grand bruit. Mais un tel délai de préparation laisse croire que cette mise à jour est loin d’être mineure !

Les lecteurs les plus attentifs auront peut être repéré dans l’annonce cette mention qui n’est pas anodine : “regardless of the technology used to build the page”. Une remarque qui semble clairement s’inscrire dans le cadre des débats houleux sur la promotion d’AMP faite par Google en privilégiant la technologie dans les résultats de recherche aujourd’hui. Des débats qui ont d’ailleurs pris la forme d’une pétition en début d’année : AMP Letter.

Pour rappel, AMP est la seule et unique solution technologiquee permettant de bénéficier du trafic apporté par le fameux carrousel de Google : nous avions, dès février 2016, relayé les problèmes posés et l’idée d’une autre solution possible.

Google se serait en fait simplifié le travail.
[…] il est très complexe de déterminer si un site est lent ou rapide, car de nombreux paramètres doivent rentrer en jeu.
[…] En privilégiant ainsi AMP, Google simplifie l’équation : les sites utilisant AMP sont considérés rapides et donc favorisés, et puis il y a le reste du monde…

Google s’adresse donc enfin au reste du monde avec Speed Update ! Mais la difficulté que nous évoquions (de savoir si un site est rapide ou lent dans l’absolu) est-elle résolue pour autant ? Début de réponse dans le paragraphe suivant.

Vos pages seront-elles impactées par Speed Update ?

Une autre partie de l’annonce mérite en effet de nous interpeller :

Although there is no tool that directly indicates whether a page is affected by this new ranking factor.

Qu’aucun outil ne nous permette de savoir si une page sera affectée ou pas est une chose. Qu’on ne sache pas comment est calculé puis pris en compte ce critère vitesse en est une autre ! Qu’est-ce qu’un site lent ? Nous n’avons pas de réponse dans l’annonce de Google. Mais les développeurs se voient conseiller d’envisager la performance comme un sujet large affectant l’expérience utilisateur et de s’appuyer sur de nombreux indicateurs de performance.

Plusieurs sont ceux qui ont vu un lien entre cette Speed Update et l’arrivée préalable des données des rapports d’UX Chrome dans PageSpeed Insights.

Ce n’est effectivement pas anodin. Mais difficile de croire que ce serait une seule source de référence. Rappelons en effet que ces données sont collectées via les utilisateurs de Chrome. C’est le principe du Real User Monitoring : on collecte les données directement sur les visiteurs de la page. Mais le Real User Monitoring a plusieurs limites. Le visitorat d’un site web est complexe et hétérogène. Il n’y a donc pas *une* vitesse de chargement, mais une multitude d’expériences selon les contextes (localisation, connexion, device, etc).
Beaucoup de critiques ont d’ailleurs été relevées sur les réseaux sociaux concernant l’absence de données UX Chrome pour certains sites web dans PageSpeed Insights.
Là en est la cause : le Real User Monitoring nécessite un trafic très significatif pour être exploité pertinemment.

Et pour en faire un signal fiable pour le ranking, une forte segmentation est nécessaire sur les données RUM : si la recherche Google est effectuée depuis les USA, inutile de prendre en compte les données UX Chrome des visiteurs européens : les expériences ne sont pas du tout comparables. La bonne utilisation de données de RUM nécessite un effort de segmentation important.

Comment se préparer à Speed Update

À ce stade, nous pouvons espérer que Google nous en dira plus sur ce qui sera pris en compte. La donne n’a pas tant changé que cela : la performance était un sujet stratégique pour le succès d’un site web bien avant que des relations avec le SEO n’existent !

Nous avons créé Dareboost pour que les équipes web disposent d’un outil puissant est efficace pour surveiller et optimiser les performances de leurs sites web. Visez des expériences de navigation aux performances époustouflantes pour vos visiteurs, et vous serez assurer que cette Speed Update ne pourra que vous favoriser dans les résultats de recherche !

N’attendez plus pour tester les performance de vos pages mobiles et bénéficiez de nos conseils d’optimisation !

Une réflexion au sujet de « Google Speed Update : la vitesse comme critère de ranking pour les sites mobiles »

  1. Enfin une bonne nouvelle. Ça fera encore plus le tri avec les sites Open-source, toujours plus lourd et plus lent (trop de plug-in). Sur du sur mesure léger j’obtiens des scores jusqu’à 97/100 en vitesse de chargement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*